Moratoire sur la vidéo surveillance

npetitdemange

Loin de protéger le citoyen, ces dispositifs aux coûts exorbitants privent les services de police de ressources financières et ne montrent qu’un visage désincarné de la sécurité.

En 2011, un rapport de la Cour des Comptes dresse un bilan critique de la vidéosurveillance. Le système n’a pas prouvé son efficacité sur le terrain et les coûts sont démesurés. Pourtant, aujourd’hui, les caméras fleurissent même dans les villes les plus paisibles… Et semblent être l’unique réponse que nos élus ont sous leurs yeux !

Les lieux à risque ont besoin de protection et de prévention. Mais les caméras de vidéosurveillance ne sont qu’un leurre. Souvent en panne et rarement surveillées en temps réel, elles n’ont aucune efficacité pour intervenir en cas de flagrant délit. De fait, elles servent le plus souvent après coup, lors de l’enquête. Autrement dit, si elles n’empêchent pas la survenue des infractions, elles peuvent effectivement capter tout évènement se déroulant sur l’espace public, qu’il soit délictueux ou pas (surveillance généralisée).

Leur rôle dissuasif est à mettre en doute. Les caméras ont des angles morts et sont faciles à contourner à l’aide d’un vêtement. Leur présence peut même avoir un effet contreproductif : elles provoquent un état de suspicion et de focalisation sur des zones à risque entraînant des réactions parfois violentes (vandalisme, provocations …).



Le Parti Pirate demande un moratoire sur la mise en place de la vidéosurveillance dans les communes. Le Parti Pirate demande que des études d'impact commune par commune, mais aussi à l'échelon des communautés de communes soient réalisées.



0 argument pour

0 argument contre


  • Aucun amendement proposé

  • Aucune source proposée